Philippe CONTRÉ

Philippe Contré vit et travaille à Trélazé. Son dessin, qui mêle l'écriture et la représentation de l'homme, traduit une réflexion personnelle sur l'usure du temps, la fragilité de l'homme et de ses oeuvres, et  la nécessité de la mémoire. Le support papier, arraché, déchiré, griffonné, et comme rouillé, présente une élégance et une délicatesse qui trouveront une subtile harmonie avec les fresques de la chapelle.

Présentation de l'artiste par Marion Julien le jour du vernissage:

Nous nous trouvons devant une chapelle particulièrement émouvante qui attend que des travaux viennent un jour lui redonner ses forces et son éclat. A l’intérieur, si nous sommes touchés par les flétrissures qui marquent ses murs ce n’est pas par simple nostalgie mais surtout parce qu’elles côtoient un magnifique Christ en majesté qui a bien sûr lui aussi subi l’usure du temps.

Il est très difficile de faire intervenir de façon juste un artiste contemporain dans un espace aussi fortement marqué et en outre si petit qu’il ne peut y avoir de distance entre les œuvres de l’artiste et le décor de la chapelle.

J’ai donc choisi l’artiste qui me semblait le plus à même de s’inscrire dans ces murs parce que son œuvre est une méditation sur le temps qui passe, une sorte de palimpseste de la mémoire.

Philipe Contré travaille sur du papier dont il aime symboliquement exploiter l’usure et les déchirures. Il y inscrit un texte, toujours tiré de la Recherche du temps perdu, tracé à la main à la peinture acrylique, qui vient évoquer le travail de la mémoire.

Le temps vécu que nous gardons en nous en strates accumulées est évoqué par des visages qui apparaissent fugitivement comme les témoins des expériences passées et du souvenir nostalgique qu’elles peuvent laisser en nous.

Il y a quelque chose d’onirique dans cette combinaison des mots et des visages. Pourtant l’artiste partage ainsi avec nous une réalité vécue par tous : celle de l’émotion que l’on peut avoir au souvenir d’expériences qui nous ont touchés et qui ont laissé des traces qui resurgissent parfois de façon inattendue du fond de notre mémoire. 

Cette quête du temps trouve parfaitement sa place dans la chapelle de Sousigné. Mais, sur le plan pratique, l’exercice était difficile car il n’était possible ni de suspendre les œuvres ni de les accrocher aux murs. C’est donc une installation très simple sur portants. Les œuvres ne cachent pas la dégradation des murs mais au contraire la révèlent. Ainsi présentés, les textes et les visages en émergent comme des messagers du passé.

 

 

Chapelle Saint Arnoul
Sousigné 49540 Martigné-Briand
Latitude: 
47.2580
Longitude: 
-0.4068